Il Faut Bien Commencer Quelque Part

“Il faut bien commencer quelque part” est une réflexion qui est souvent faite de nos jours et qui semble porter ses fruits. C’est-à-dire qu’il vaut mieux faire quelque chose d’imparfait et de raté que faire un projet parfait qui ne verra jamais le jour.

Tout un pan de l’informatique se développe de manière à simplifier le processus de création d’un mini projet pour tester un concept, échouer rapidement, apprendre de cet échec et recommencer.

Ce thème me parait approprié pour un premier article. Je vais donc essayer d’en faire le tour.

Le concept

La maxime vient du fait réaliser un projet même incomplet à plusieurs avantages:

  • C’est valorisant.
  • Ça permet de tester son idée en conditions réelles.
  • Ça permet de tester son idée auprès des autres.
  • On fait vraiment quelque chose.
  • Ça permet éventuellement de se faire une idée sur une technologie.
  • On ne s’embourbe pas dans l’attente de la finalisation de spécifications.

En un temps relativement court on peut avoir un ersatz de projet, qui fait 2% de ce qu’on souhaite vraiment. Mais celui-ci permet de se donner une idée de si oui ou non on veut vraiment le mener au bout. Ça fait gagner du temps, ça permet de comprendre ce qui ne va pas dans notre idée ou nos choix pour faire mieux la fois suivante.

On peut résumer la méthode en “Faire et échouer rapidement. Les échecs apprennent autant (voir plus) que les réussites.”.

Retravailler dans le vert

Si jamais un de vos mini-projets venait à marcher/vous plaire/valoir le coup, il sera temps de s’y mettre et d’implémenter ce qu’il manque.

Ici encore, on profite du fait qu’il y a déjà quelque chose de fait. On a un projet qui marche auquel on ajoute des fonctionnalités qui marchent. On reste dans un espèce de cercle vertueux du “toujours plus”.

Une expression qui vient de la TDD

L’expression “Refactoriser dans le vert” vient de la TDD (Test Driven Development). Et plus particulièrement du framework Rspec qui conseille de fonctionner avec la boucle de développement suivante :

  1. Le test n’est pas codé (jaune)
  2. Le test est codé mais ça ne marche pas (rouge)
  3. Le test marche (vert), on peut améliorer le code tout en restant dans le vert.

Ici on reste dans la même idée

  1. On a l’idée d’un projet (jaune)
  2. On code un prototype (rouge)
  3. L’idée est validée (vert), on peut itérer dessus tout en restant validé par son public.

Un exemple dans l’histoire de l’informatique

Un exemple flagrant de ce fonctionnement est la naissance de la norme Wi-Fi (ou IEEE 802.11).

En parallèle sont apparues 2 normes Wi-Fi (Une norme américaine) et HiperLan (son pendant européen). La norme HiperLan était en de nombreux points meilleure que la norme Wi-Fi (le support par défaut d’un protocole de sécurité robuste par exemple).

Au final on utilise tous aujourd’hui la norme Wi-Fi qui a eu les défauts que l’on sait (avec le protocole de sécurité par WEP par exemple). Et ça parce que la norme HiperLan était plus compliquée à mettre en œuvre et ne s’est pas rapprochée du marché assez vite.

Le développement des technologies en ce sens

Comme annoncé en introduction, j’ai l’impression qu’une grosse partie des technologies informatiques s’orientent en ce sens. Je vais essayer de vous présenter quelques outils qui me font dire ça.

Les frameworks de développement web

Au cours des 10 dernières années, des frameworks de développement web visant à fluidifier la création d’un projet sont apparus.

RoR pour ne citer que lui, a introduit un principe de “convention over configuration” Il permet au développeur de gagner du temps en ne le passant pas à configurer un grand nombre d’aspects du projet.

Il introduit aussi un concept de scaffold qui génère en quelques secondes tout depuis le modèle jusqu’aux vues. Il rajoute aussi un concept de coder moins pour avoir une version “viable” de son projet.

Meteor.js est un framework entièrement js récent (début 2012) créé pour développer rapidement (2-4h de temps) un site fonctionnel. Il intègre un grand nombre de briques logicielles et une façon très simple de les utiliser. Il est orienté temps réel avec une synchronisation des données avec le serveur de façon transparente.

Twitter Bootstrap et confrères

On va vers une normalisation des interfaces web, de plus en plus de sites utilisent un framework css/js de type Bootstrap. Ces frameworks nous habituent à des interfaces unifiées, identiques (combien de sites avez vous parcouru avec un surlignage bleuté dans les formulaires?).

Certains framework html/css/js apparaissent aussi normalisant encore plus les interfaces. Flat-Ui est un bon exemple de ce genre de framework.

Ce style de framework permet de développer un produit fini et ergonomique en encore moins de temps tout en conservant les habitudes de navigation de l’utilisateur.

Ne faites que la première page

Il existe même des générateurs de landing page (Strikingly par exemple) permettant de créer une page vitrine pour tester un concept de projet en 1h tout au plus.

Conclusion

Faites des choses, même si c’est imparfait ça sera toujours plus rentable qu’hésiter et regarder les autres avancer. Testez vos idées en ne faisant quasiment rien. Vous n’avez plus d’excuses.

Ce blog est un exemple de ce principe. Nous verrons si l’essai sera transformé ou pas. N’hésitez pas à me faire la moindre remarque, j’essayerai d’améliorer les choses en ce sens.

Comments